Une histoire de noël (dernière partie)

29 décembre 2012Une histoire de noël

Pendant les vacances, nous vous proposons de découvrir un conte de noël spécialement écrit par Sandrine Gauvin, auteure et scénariste, pour Autourdemontparnasse.fr. Votre histoire de noël se conclut aujourd’hui.

Lire le chapitre 1.

Lire le chapitre 2.

Lire le chapitre 3.

Chapitre 4 – Eux

Le chat et l’humaine se scrutaient en silence.

Le chat avait vu dans les yeux de l’humaine non pas son propre reflet mais l’image d’un homme. Ça avait eu l’effet d’un électrochoc, toute sa vie passée lui était revenu d’un coup. Un plissement d’ailes le fit sortir de sa réflexion. Il reconnut le coléoptère qui rentrait dans le salon et se rappela qui était l’humaine.

L’humaine avait vu dans les yeux du chat non pas son propre reflet mais l’image de celle qu’elle avait toujours eu l’impression d’avoir été. Cela l’avait beaucoup perturbé, car elle n’avait jamais vraiment réussi elle-même à mettre un visage sur cette sensation. Comment un chat avait pu faire ça ?

Un plissement d’ailes la fit sortir de sa réflexion. La coccinelle rentra dans le salon et vint se poser sur le museau du chat. L’humaine s’approcha. Au moment où elle attrapa l’insecte, sa main effleura la tête du chat et elle entendit ses pensées. Elle recula un instant, surprise puis s’assit face au chat. Elle posa sa main sur sa patte et retrouva la mémoire.

L’humaine se revit jeune. Elle était alors une brillante sorcière, la plus prometteuse de sa génération. Sauf qu’elle ne voulait pas de ce don et rêvait d’une vie normale. Une nuit, elle s’enfuit après s’être transformée en l’animal qu’elle pensait être le plus passe-partout : une souris. Elle voyagea longtemps et puis, un jour, elle posa son petit baluchon en Louisiane, chez un jeune homme aux grands yeux verts dont elle tomba éperdument amoureuse. Il s’appelait Sam. Elle veillait sur lui tel un petit ange gardien et le quotidien s’écoulait paisiblement. Mais Sam avait la santé fragile et il lui restait peu de temps à vivre.

La souris savait qu’elle pouvait le sauver, mais en échange elle devait renoncer à sa propre liberté car dès qu’elle utiliserait la magie, elle serait retrouvée immédiatement. Alors, un matin d’août, elle grimpa sur le lit de Sam qui somnolait. C’était la première fois qu’elle se montrait.
Elle avait passé la nuit à fabriquer des potions et à préparer son plan. Il ne lui manquait plus qu’un ingrédient, et c’est celui-là même qui causerait sa perte.

Elle but la première potion et retrouva son apparence normale. Au même instant une coccinelle dorée rentra par la fenêtre et se posa sur l’épaule de sa maîtresse, elle versa une larme que la sorcière recueillit dans la seconde fiole.

« Merci mon amie, tu m’as manqué. »

Elle fit boire la potion à Sam qui eut à peine le temps de dire un mot avant qu’il ne devienne un chat. La coccinelle secoua ses ailes et de la poudre d’or tomba dans les mains de la sorcière. Elle s’approcha du chat et lui versa sur le museau. Il éternua et disparut.

La sorcière s’assit sur le bord du lit et attendit patiemment qu’on vienne la chercher. Elle savait que dès qu’elle avait appelé sa coccinelle, ils s’étaient mis en route car son amie devait sans doute être surveillée. Mais elle ne pouvait pas pratiquer la magie sans son coléoptère.
D’ici peu de temps, elle serait jugée et condamnée à des dizaines d’années de prison. Mais cela n’était pas grave, car elle avait sauvé Sam et un jour elle irait le rejoindre, elle saurait toujours où il se trouve au fond d’elle.

Effectivement, ils ne mirent pas longtemps à arriver et la condamnèrent à 108 ans de prison. Mais ce qu’elle n’avait pas prévu c’est qu’ils décidèrent de lui effacer la mémoire, à elle et à la coccinelle.
Elle se réveilla un matin, dans une cellule, avec des souvenirs fabriqués. Cependant, au fil de sa longue captivité, des sensations revenaient, elle avait le sentiment que cette vie dont elle se souvenait n’était pas la sienne.

Lorsqu’elle fut libérée, une petite voix intérieure lui suggéra de s’installer dans cet appartement. Depuis, elle essayait de fabriquer une potion pour retrouver sa mémoire mais elle était devenue une bien médiocre sorcière et sa coccinelle, si brillante et majestueuse autrefois, n’était plus qu’un vieux machin emphatique et faignant.

Mais maintenant tout était clair, il lui avait suffi de retrouver le chat pour retrouver sa mémoire.

La sorcière bondit dans la cuisine et prépara une potion dans un bol. En un éclair elle rendit à la coccinelle sa brillance d’autrefois.
Le chat était dans l’encadrement de la porte. Il observait la scène, silencieusement. Quand la sorcière eut déposé de la poudre d’or dans le bol, elle se tourna vers lui. Elle sourit puis, elle partit. Le chat resta dans la cuisine. Lui seul pouvait décider de la vie qu’il voulait vivre désormais.

Le lendemain matin, la sorcière se réveilla seule sur le canapé. Elle chercha Sam dans la pièce mais il n’était pas là. Elle se dirigea vers la cuisine, où elle aperçut, endormi sur le sol, l’homme qu’elle aimait.

La neige tombait en gros flocons sur Paris, en ce 25 décembre. Quand Sam ouvrit les yeux, il sentit la sorcière lui caresser les cheveux. Il eut la certitude qu’ils ne se quitteraient plus jamais.

Le mot de la fin

Un sortilège n’est pas un remède, et la maladie de Sam revint… alors…

Les soirs où la lune éclaire majestueusement la ville, et que des ombres passent sur les toits, n’ayez crainte, ce ne sont que nos deux amoureux qui se promènent… car la nuit, Sam le chat est amoureux d’une souris.

Sandrine Gauvin

Image : Cécilia Ambroggio

 

☰ Article précédent : | Article suivant :

Leave a Reply