Dossier transports : tarifs et abonnements

14 janvier 2014Économie

Photo : Roman Lashkin / Flickr CC.

Prendre les transports à Paris implique d’utiliser un ticket t+ ou un Pass Navigo. Dans son budget 2014, le Syndicat des Transports l’Île-de-France (STIF) a décidé de l’augmentation de tous les prix à l’exception du ticket t+ et du Pass Navigo pour les zones 1-5.

L’utilisation d’un ticket t+ signifie un « voyage » sur le réseau parisien, son prix est de 1,70€. Le STIF considère que les bourses les plus modestes préfèrent payer individuellement les tickets plutôt qu’en acheter 10 d’un coup sous forme de « carnet », formule pourtant plus avantageuse. C’est pour cela que le prix du ticket t+ n’a pas été concerné par l’augmentation de 30% des tarifs, au contraire du « carnet » passé de 13,30€ à 13,70€.

En France, seule la ville de Lyon est alignée sur les prix parisiens, pour le reste le prix d’un voyage coûte de 1,30€ à 1,60€. En comparaison avec les autres capitales européennes, Paris est dans la moyenne basse. Le voyage est facturé 2,60€ à Berlin et Londres. En contrepartie la capitale allemande autorise à prendre les transports pendant 2h30 après validation et Londres prévoit un plafond journalier d’une dizaine d’euros au-delà duquel les transports sont gratuits.

La ville de Berlin, comme Lille en France, a créé des billets courts pour 4 ou 5 stations seulement, ils sont moins chers et évitent le sentiment d’injustice de payer plein tarif pour parcourir une petite distance. Rome est meilleur marché, le tarif de base étant à 1,50€.

Les abonnements

Le Pass Navigo peut être illimité ou rechargé en début de mois et de semaine. Lyon et Marseille ont adopté le même système mensuel, Nancy propose en parallèle un « pass glissant » de 31 jours à partir de la première validation, évitant ainsi la cohue des débuts de mois et des lundis matin pour recharger son pass. Ce système a également été adopté dans plusieurs autres villes, les abonnements hebdomadaires étant remplacés par un pass de 7 jours.

Barcelone, Berlin et Londres fonctionnent sur le même système de l’abonnement d’un mois à compter de la première validation. Rome prévoit des abonnements d’un, trois ou sept jours, mais son abonnement mensuel correspond au mois calendaire.

Retours sur expériences

Le mieux est l’ennemi du bien dit le proverbe. Faisant fi de l’adage, la ville de Nancy a cherché à satisfaire toutes les bourses et toutes les philosophies. Résultat notre témoin Benoît raconte qu’il s’est perdu lorsqu’il lui a fallu choisir son abonnement : « J’ai mis deux jours à calculer quelle était la meilleure formule dans cette offre très (trop) élargie. »

Au contraire, le système de recharge de la carte convient très bien à Gaël à Bordeaux et à Laëtitia à Toulouse, ils jonglent sans souci entre les offres selon leurs besoins.

Oliver à Berlin et Julien à Londres regrettent que les prix soient si élevés, mais tous deux jugent le réseau très efficace, notamment les bus. Émilie, à Rome, regrette également les prix, car bien qu’ils restent en dessous de la moyenne, ils ont pour ainsi dire doublé en 10 ans.

Enfin Adrien raconte un système hollandais qu’il considère plus juste qu’en France, et qui correspond bien aux habitudes locales de se déplacer en vélo : les usagers des transports en commun chargent leur carte en argent réel, ils valident en entrant et en sortant et payent ainsi seulement les kilomètres parcourus. La même carte permet d’ailleurs d’emprunter tous les transports en commun du pays.

Retrouvez les autres parties de notre dossier transports :

Merci à nos témoins en France et en Europe : Laëtitia, Émilie, Adrien, Laure, Nicole, Camille, Nicolas, Gaël, Julien, Oliver, Benoît, Vincent, Renaud et Christophe.

Photo à la une : Roman Lashkin / Flickr CC.

Partagez cet article :

☰ Article précédent : | Article suivant :

2 comments to “Dossier transports : tarifs et abonnements”

  1. […] Les tarifs et abonnements […]

  2. […] Les tarifs et abonnements […]

Leave a Reply to Dossier transports : des prix à la hausse