JIL de Paris, la relève pénètre dans la patinoire

28 janvier 2014Pièces de théâtre

Les improvisateurs de la JIL de Paris sont désormais de jeunes adultes qui quitteront bientôt le centre d’animation Vercingétorix, mais la relève est là, des jeunes gens de 12 à 14 ans qui joueront le 8 février leur deuxième gros match de l’année.

Nous avons demandé à Pierre-François Ricard, leur formateur, de nous parler de cette nouvelle génération. Il la décrit comme particulièrement dynamique, composée d’ados qui ont l’envie d’apprendre et de ressembler aux « grands » qu’ils érigent en exemples, un peu fascinés quand ils les voient sur scène à chaque match de la JIL de Paris à domicile.

Forts de ces exemples, raconte le coach, « ils ont compris très vite la philosophie de l’improvisation, l’échange, la solidarité, l’esprit de groupe, ils sont rentrés très vite dedans malgré leur timidité. Ils sont curieux et ils ont envie d’avancer, ils ont une vision très belle, mais aussi très réelle de l’exercice, de ce qu’est écouter, accepter. Mais peut-être aussi que j’explique mieux qu’avant ! »

Il est épaulé dans sa tâche par les grands qui se sentent investis de la mission de transmettre quelque chose : « ils ont envie que le travail qu’ils ont accompli ne meure pas. Mais les jeunes non plus, car ils ont envie de vivre l’aventure à leur tour, les matchs partout en France, en Belgique… »

Le 25 mai 2013, la plupart des ados sélectionnés pour le 8 février jouaient ensemble dans un match entre les 8-11 ans et les 12-14 ans du centre Vercingétorix. Organisé par Pierre-François Ricard (photo) et Séverine Frédonie. Photo : L. Malterre.

Une équipe pleine de promesses

Il leur reste encore beaucoup de travail en ce qui concerne les catégories littéraires (en savoir plus sur les règles des matchs d’impro) et le travail sur la variation dans le jeu, l’élaboration de personnages, mais « ils connaissent la théorie » affirme Pierre-François Ricard qui a emmené la nouvelle génération à Caen dans ce qui a été leur premier « gros » match du fait notamment d’un public nombreux. De quoi se faire de l’expérience.

Le 8 février prochain les adversaires, ou compagnons de jeux comme aime à le rectifier Pierre-François Ricard, sont des Bordelais du même âge qu’eux appelés les « N’improvisateurs ». Le coach de la JIL de Paris nous dévoile la composition de son équipe et nous parle des belles promesses que constituent ces jeunes gens pour l’avenir de l’improvisation dans le 14e arrondissement :

Nina, 14 ans, 4e année d’improvisation, capitaine :
« Elle est extraordinaire, elle a une imagination folle et une grande fluidité dans l’enchaînement des idées. Avant elle était un peu rude, mais elle est à l’écoute maintenant. C’est une future « leadeuse » dans le jeu. »

Solal, 14 ans, 3e année d’improvisation, vice-capitaine :
« Il a beaucoup d’énergie, beaucoup de déconne aussi, ce qui fait qu’il est parfois à côté du jeu. C’est dû à un manque d’assurance dans ses idées alors qu’il devrait les assumer. Dès qu’il est concentré, il attrape tout ce qu’il y a autour, c’est un futur constructeur dans le jeu. »

Aura, 14 ans, 2e année d’improvisation :
« Elle est très gracieuse et très expressive quand elle rentre dans le jeu. Elle brillera quand elle arrivera à se libérer, parce qu’elle a ce qu’il faut, l’imagination et la capacité à incarner et à construire. »

Lucas, 13 ans, 2e année d’improvisation :
« Il est très intelligent mais très dispersé. Il comprend vite, il a une bonne mémoire mais il est un peu trop dans le même registre, il n’ose pas assez. Ce qui lui manque, c’est l’écoute. »

Aude, 12 ans, 2e année d’improvisation :
« Elle est très fine, mais très réservée. Sa sensibilité et sa compréhension de la théorie sont impressionnantes. Elle est gracieuse et a une belle imagination, elle écoute et est capable de bien construire, il ne lui manque qu’un peu de confiance en elle. »

Nassim, 13 ans, 2e année d’improvisation :
« Il est très intelligent, mais très dispersé et cabotin. Il a du mal à se concentrer et appliquer les consignes, il lui suffirait de se poser pour amener des personnages forts et construits. Le plus urgent pour lui est d’apprendre à lire le jeu, quand y entrer, quand se retirer pour laisser la place aux autres. »

Un spectacle sur réservation

Le match d’improvisation théâtrale du 8 février se tiendra devant un public, il n’y a pas meilleure condition pour se dépasser. L’année prochaine, une partie de ces jeunes gens intégreront le groupe des « grands » et joueront peut-être avec des adultes. En attendant leurs aînés sont encore là, ils jouent de plus en plus contre des équipes d’adultes confirmés et seront au programme du Festival Impro 14 du 31 mars au 6 avril.

Pour vous inscrire et assister au match du 8 février 2014 entre la JIL de Paris et les N’Improvisateurs, cliquez sur la page Facebook de l’événement.

Pour continuer avec l’improvisation théâtrale :


Partagez cet article :

 

☰ Article précédent : | Article suivant :

1 comment to “JIL de Paris, la relève pénètre dans la patinoire”

  1. […] d’un festival off. L’occasion pour les jeunes gens de la JIL de Paris junior (lire : JIL de Paris, la relève pénètre dans la patinoire) de jouer un match officiel avec le Déclic théâtre junior. Les improvisateurs débutants du […]

Leave a Reply