Force et faiblesses de la nature magnifiées à L’entrepôt

28 mars 2013Expositions

Sculpture de Lambert. Photo : DR/lentrepot.fr

L’entrepôt fait se rencontrer deux artistes jusqu’au 16 mai 2013. Dans cette exposition intitulée « Résonances », un sculpteur (Lambert) et un photographe (Aaris Deshayes) interprètent la matière et l’érosion du temps.

Il est difficile de croire que les deux artistes se rencontrent pour la première fois tant leurs œuvres semblent  participer à la même démarche, la recherche d’une harmonie venue de la nature. Le bois, la pierre, le béton même sont évoqués dans le détail, dans leurs petites imperfections.

Mystique

Photographie de Aaris Deshayes. Photo : DR/lentrepot.fr

Lambert ne peut séparer les œuvres exposées de l’ensemble de son travail (qui peut réunir des sculptures de plusieurs tonnes dans son parc près de Nantes – visiter son site Internet) : « mon écriture est globale, c’est comme une marmite où ça bouillonne et puis ça sort. » Sa démarche qu’il décrit comme « spirituelle » et « poétique » rencontre un écho chez des gens qui trouvent dans ses œuvres de la « paisibilité ».

Pour évoquer son travail, le photographe Aaris Deshayes cite René Char dans Les Matinaux : « J’aime, je capture et je rends à quelqu’un. » Pour aimer il faut voir, et pour voir dit l’artiste : « il suffit de prendre le temps de regarder. » Les objets saisis sont immobiles, marqués par le temps ou les hommes et pourtant s’ils ne sont pas capturés dans l’instant, la photo est bien souvent perdue : « il m’arrive de me dire ‘ça, ça me plaît’, d’aller chercher mon appareil et quand je repasse, je ne le vois plus. »

Une rencontre

Les sculptures et photos se complètent et forment un tout cohérent. Photo : DR/lentrepot.fr

« Cette exposition, c’est une œuvre de Philippe Brison (ndr: le directeur de L’entrepôt), une personne d’une grande richesse spirituelle » raconte Lambert. Aaris Deshayes est lui aussi ravi de l’effet produit par la rencontre : « c’est extraordinaire, on se retrouve complètement, même si j’ai privilégié le bois dans les photos choisies, afin que cela fasse écho à des sculptures » qu’il n’avait alors pas encore vues.

L’exposition « Résonances » expose deux artistes aux œuvres complémentaires, explorant chacun à sa manière la plénitude ressentie lorsque l’esprit humain fait face aux petites usures, aux imperfections de la nature. De quoi toucher un public en recherche de sérénité dans la petite salle octogonale molletonnée servant pour les expositions.

« Résonances »

Exposition du sculpteur Lambert et du photographe Aaris Deshayes à L’entrepôt.
Du 20 mars au 16 mai 2013
Entrée gratuite.

Partagez cet article :

☰ Article précédent : | Article suivant :

2 comments to “Force et faiblesses de la nature magnifiées à L’entrepôt”

  1. […] Les musées ne manquent pas non plus. Tout près, le musée de la Poste continue d’héberger ces deux fous de Plonk et Replonk. Les expositions ne manquent pas, ainsi en atteste notre carte des musées. Nous recommanderons le musée Bourdelle, la fondation Cartier ou encore L’entrepôt. […]

  2. […] L’entrepôt profite de l’été pour rendre hommage aux artistes passés par ses murs. Une année d’exposition se retrouve dans la chaleureuse petite salle du haut avec notamment des œuvres des artistes Lambert et Deshayes. […]

Leave a Reply